Nous allons maintenant aborder le côté vie quotidienne. L'enfant dyspraxique va rencontrer de nombreux problèmes dans la vie de tous les jours et contrairement aux autres enfants aura besoin de l'aide de l'adulte pendant encore longtemps. Nous vous donnerons des pistes pour améliorer la vie de tous les jours : que ce soit dans le domaine de l'habillage, les repas, la propreté, les loisirs ou la vie sociale. Enfin, nous verrons qu'il faut bien connaître les points faibles et les points forts de nos enfants pour pouvoir les aider efficacement.

0
0
0
s2smodern

Normalement entre 12 et 24 mois, les enfants commencent à retirer leurs chaussettes, leurs chaussures, ils peuvent retirer leur manteau déboutonné, un enfant dyspraxique ne manifestera aucune envie de se déshabiller. Et il aura pendant longtemps besoin d'être assisté dans les tâches d'habillage et de déshabillage. Nous verrons d'où proviennent ses difficultés et ce que nous pouvons faire pour l'aider...

0
0
0
s2smodern

L'enfant dyspraxique sera en retard pour la propreté. Il se contrôle mal, demande à aller aux toilettes au dernier moment et a fréquemment des accidents. Il a également besoin d'aide pour faire sa toilette.

0
0
0
s2smodern

Bébé, il aura fallu le nourrir pendant plus longtemps. Il aura tardé à utiliser une cuillère préférant manger avec les doigts. Il mange « salement », renverse sa boisson, sa nourriture est éparpillée sur la table. Nous verrons pourquoi c'est un moment difficile et fatigant car il doit coordonner plusieurs gestes, (si son champs visuel inférieur est amputé cela rajoute une difficulté) il peut également avoir des difficultés pour déglutir et préférer pour cela certains types de nourriture (passant pour un enfant au goût difficile)

0
0
0
s2smodern

Ne transformez pas toutes les situations en situations de rééducation. L'enfant doit pouvoir se détendre, vivre sans qu'il soit confronté à ses difficultés. Essayez de trouver des activités où il se sent bien et où il réussit.

0
0
0
s2smodern

Ils n’aiment pas peindre avec les doigts, ni toucher de la pâte à modeler. Ils n’aiment pas qu’on les touche, ils ne supportent pas certains habits, certains soins quotidiens. D’autres ne supportent pas certaines textures de nourriture, certaines odeurs. Ils sont très sensibles aux bruits,à l’agitation, ne supportent pas l’exubérance de stimuli visuels. Alors que d’autres auront besoin de tout toucher, s’approchant trop près des autres personnes, les serrant trop fort, ne sentant pas la douleur, ni le froid ou le chaud…

0
0
0
s2smodern

Nous devons chercher à comprendre nos enfants pour pouvoir agir efficacement ce qui implique de connaître leurs points faibles : problèmes de mémorisation, problèmes pour former des concepts, pour s'organiser, grande fatigabilité, problème pour s'intégrer dans la vie sociale..... mais aussi leurs points forts pour les valoriser.

0
0
0
s2smodern

Nos enfants peuvent avoir des difficultés pour mémoriser et traiter certaines informations, nous devons en être bien conscient pour les entraîner et contourner leurs difficultés. Il faut également utiliser leurs facultés résiduelles : leurs points forts, notamment leur insatiable curiosité.

0
0
0
s2smodern

Nos enfants peuvent avoir des problèmes de comportement, manifestations du souffrance psychologique. Il nous faut comprendre pourquoi, tenir compte de leur fatigabilité. il nous faudra peut-être les "entraîner à la vie en société".

0
0
0
s2smodern