Si la gêne est minime :

Le fait de connaître le trouble, de l'expliquer à l'enfant, à son entourage et à son enseignant peut suffire.
Avec votre aide, l'enfant pourra apprendre à contourner ses difficultés.

1) Si l’élève est seulement en difficulté mais le handicap non avéré (cas des dyspraxies très légères) :

  • Rencontrer l'enseignant pour expliquer les difficultés de l'enfant, l'informer des répercussions de la dyspraxie sur les apprentissages scolaires, en vous appuyant sur les préconisations des personnes qui ont porté le diagnostic. 

Les enfants dyspraxiques sont concernés par la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances et l’insertion des personnes handicapées. La dyspraxie constitue un handicap éligible à la prestation de compensation mais également aux instruments facilitant son intégration et accessibilité tels que matériel pédagogique adapté et /ou AVS.