Une fois le diagnostic d’un trouble développemental de la coordination (TDC ou dyspraxie) établi, le médecin se réfère à un système de classification des troubles, une sorte de guide, qui n’est pas un outil diagnostique.

On trouve actuellement deux grands systèmes de classification internationaux.

  • La CIM : Classification Internationale des Maladies. La CIM est gérée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui en a publié la dixième révision (CIM-10) en 1993.

Actuellement, le CIM-10 classifie la dyspraxie en trouble cognitif spécifique des apprentissages et plus exactement en trouble spécifique du développement moteur.

  • Le DSM : manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Le DSM est géré par l’Association Américaine de Psychiatrie qui a publié la 5ème édition (DSM-5) en 2013.

Le DSM-5 classifie la dyspraxie en trouble neurodéveloppemental dans la catégorie trouble moteur et utilise le terme de Trouble Développemental de la Coordination (TDC).

La CIM-11 sera diffusée en 2018. Une version de travail est accessible en ligne. Son contenu est très proche de celui du DSM-5 pour les troubles neurodéveloppementaux.

0
0
0
s2smodern