En maternelle, le jeune dyspraxique va se retrouver rapidement en difficulté, car on lui propose des tâches essentiellement praxiques :nous allons essayer de lister tous ce qui peut lui poser problème, puis nous verrons comment l'aider.

Nous rappellons que la dyspraxie atteint les enfants de manière différente (selon son intensité, ses particularités et s'il y a des troubles associés).Tous n'éprouveront pas les mêmes problèmes, mais tous auront des problèmes de manipulation.

Les problèmes qui peuvent survenir en maternelle

  • Le découpage : il n'arrive pas à utiliser une paire de ciseaux ou n'arrive pas à découper autour, ou sur une ligne.
  • Le collage : il renverse la colle, perd les dessins qu'il doit coller, place la colle directement sur le dessin et non pas sur l'envers.
  • Les gommettes: Il a du mal à décoller les gommettes et il ne les place pas au bon endroit.
  • Le coloriage : surtout avec des crayons de couleur lui demande trop d'effort, même avec des feutres, il dépasse des limites , parfois il ne regarde même pas ce qu'il fait.(dans le cas d'une dyspraxie visuo-spatiale).
  • Le graphisme :
    • Il ne peut repasser sur les modèles en pointillé, ni dans des «pistes graphiques» où le crayon doit suivre un circuit par exemple en forme de U, de ponts sans dépasser.
    • Il a du mal à reproduire les lettres, il n'arrive pas à écrire son prénom, tout juste quelques lettres en bâton déformées Ex: Benjamin reconnaissait très bien le B de son prénom, il pouvait le décrire : c'est un bâton droit avec 2 ventres, mais il n'arrivait pas à placer les 2 ventres au bon endroit sur le trait vertical.....(mauvaise coordination œil-main).
    • Il ne peut copier un modèle.
    • Il n'arrive pas à tracer (et à percevoir ) les traits obliques.
    • Il n'identifie pas les 4 coins d'une feuille, d'un espace à 2 dimensions.
  • Les puzzles, les jeux de construction : il n'arrive pas à emboiter les pièces entre elle, ni à reproduire les modèles proposés sur des fiches, il n'identifie pas les coins d'un puzzle.
  • Le chant : Il ne va pas réussir à reproduire les gestes et mimes des chansons, aura des difficultés à chanter en même temps que les autres enfants, de plus il peut avoir du mal à mémoriser les paroles, (ils mémorisent plus facilement ce qui du sens mais pas forcément une suite de mots, le mien changeait tout le temps les paroles des chansons pour en inventer d'autres !)
  • Le sport:
    • Il va avoir du mal à participer dès :
      • Qu'il y a des consignes spatiales: faire tourner les tricycles entre ou autour d'obstacles.
      • Qu'il y a des jeux de manipulation de ballons.
      • Qu'il faut sauter.
      • Qu'il faut courir (il est désordonné).
    • Quand il y a trop d'agitation: danse, carnaval, il peut refuser de participer (trop de bruits, trop de mouvements le déstabilise et le fatigue. (Exemple: mon fils quand il était petit, se couchait par terre et refusait de bouger!)
  • Les mathématiques : Il va avoir du mal à compter (il doit à la fois réciter la comptine numérique, pointer ou déplacer les éléments d'une collection.ex : Lors des rituels, il n'arrive pas à compter les enfants assis sur le banc, il est distrait par leurs mimiques, leurs réflexions, il doit à la fois se déplacer, pointer vers chaque enfant, tout en récitant la comptine, il est perdu sans l'aide de l'enseignant,
  • Il y en a surement d'autres...

Des conseils pour les enseignants 

  • Langage :
    • Ne pas dévaloriser le langage de l'enfant (il fait illusion c'est un vernis) car ses productions concrètes ne sont pas à la hauteur de ses discours : c'est la nature même de son handicap,
    • Ils retiennent très bien même le vocabulaire compliqué. Il faut donc chercher à valoriser ses connaissances, son langage, sa logique (même si par fois, il a du mal à organiser son propos, ex: il sait ce qu'il s'est passé mais ne sait pas le raconter d'une façon organisée),
      • exemple: mon fils tenait toujours des raisonnements extrêmement logiques et pertinents découlant d'observation et de comparaisons judicieuses, mais il ne le disait pas en classe, c'était souvent quand il se retrouvait au calme (en voiture ou à table) qu'il s'exprimait,
    • Il peut avoir du mal à se concentrer s'il y a trop de sollicitations : visuelles, auditives; il a besoin de calme et de plus de temps que les autres pour réfléchir. Il faut donc parfois le solliciter par des questions directes, autrement il ne prendra pas la parole devant ses camarades,
  • Graphisme:
    • Ne pas insister sur l'apprentissage du graphisme (si vous voyez que l'enfant bloque ou n'a pas envie, c'est qu'il ne peut pas réaliser ce qu'il lui est demandé, tout dépend également de l'intensité de la dyspraxie et si elle est visuo-spatiale).
    • Ne pas lui donner à tout prix des fiches de graphisme pour qu'il fasse comme les autres, surtout ne pas lui donner des fiches avec par ex: des lignes horizontales ou verticales qui s'interrompent et qui continuent un peu plus loin , il lui est impossible de les prolonger ! il voit les autres réussir l'exercice et vit très mal son échec.
    • On peut utiliser par exemple de la pâte modeler en relief posée sur une feuille (faire le circuit de la lettre) pour lui faire percevoir le geste à réaliser et toujours commenter le chemin du crayon à l'oral.
    • La peinture doit être un plaisir : lui proposer des feuilles grand format, sur plan vertical... jouer avec les couleurs permet d'obtenir des résultats intéressants,(mais pas trop longtemps répéter le même mouvement est fatigant).
    • Lui proposer des coloriages (sans insister s'il dépasse), éviter les crayons de couleur (à moins qu'ils soient gros) préférer les feutres,
    • Utiliser des pochoirs : "gabarits-guide" fixés avec de la patafix.
    • Utiliser les programmes de coloriage et de dessin sur l'ordinateur,
    • Quand il dessine : noter ses commentaires sur le dessin et valoriser son projet plutôt que la réalisation elle même. Veiller à ce que les autres ne se moquent pas de ses « gribouillages », mais ne pas l'encourager abusivement ou de façon imméritée pour ses « progrès », pour éviter qu'il se focalise sur le graphisme.
    • Guider sa main tout en commentant verbalement le tracé (on monte tout droit, ...), en évitant de lui faire regarder.
    • Utiliser des outils qui glissent bien (pas de crayon gris !)

Éviter les manipulations. L'interroger à l'oral et adapter les fiches de travail. Lui laisser du temps pour jouer librement, il en a besoin et ne pas le forcer pas à rester assis, il se fatigue très vite. 

Manipulation

Jouer avec de la pâte à modeler bien souple ou de la pâte à sel (avec des roulettes, couteaux....sans lui demander de réaliser un objet précis "il a du mal à former une boule de pâte").

L'utilisation des jeux de construction doit rester un plaisir, il faut le laisser jouer avec des personnages, des animaux : inventer des histoires. Il va préférer jouer dans les coins garage, poupée, ferme où il pourra laisser cours à son imagination.On peut lui proposer des jeux d'assemblage magnétique: il peut réaliser un objet sans avoir des difficultés d'emboitages.

En classe, il faut insister sur les activités de découvertes du monde : vie animale et végétale, expériences. Ils adorent les histoires, regarder les vidéos documentaires.

Mathématiques

Il faut éviter les activités de dénombrements, de comptage d'une collection : l'enfant se trompe car il oublie certains éléments et en compte d'autres plusieurs fois. Il trouve ainsi un résultat différent à chaque nouveau comptage, ce qui est très néfaste car ces exercices détruisent pour lui la notion d'invariance du nombre.

  • Le recours à du matériel concret (petits jouets, bûchettes, jetons...) que l'enfant manipule mal n'est pas justifié et est à éviter.
  • Si on utilise du matériel, il faut le faire dans certaines conditions : les objets doivent être différents : petits personnages, objets de couleurs différentes... Puis, il faut guider l'enfant quand il dénombre : lui faire mettre les objets comptés dans une maison, les ranger sous forme de constellation (sur un modèle).
  • Il n'est pas judicieux de l'inciter à utiliser ses doigts pour calculer, car il a souvent beaucoup de mal à les isoler(on peut voir qu'il n'y arrive pas lors des jeux de doigt et des comptines ).
  • Il faut insister sur la mémorisation de la comptine numérique, lors des activités de dénombrement, il faut que quelqu'un l'aide en pointant pour lui les objets pendant qu'il compte (car il a bien compris la fonction du nombre).
  • Il faut insister sur l'apprentissage par coeur des petites opérations.
  • Il est important de recourir à l'utilisation des constellations (disposition des dés ) pour compter les quantités.

La lecture

Il faut entraîner son attention auditive et sa mémoire verbale et visuelle.

Il faut chercher à éveiller sa conscience phonémique et phonologique pour préparer l'apprentissage de la lecture.

Comment ?

  • Il faut l'entraîner à reconnaître les différentes graphies des lettres :
    • Si l'on travaille le repérage de mot parmi d'autres mots dans une fiche ou dans un texte sur le tableau , l'enfant porteur d'une dyspraxie visuo-spatiale peut y arriver si les conditions sont optimisées. C'est à dire, s'il y a beaucoup d'espaces entre les mots, si les interlignes sont grands, si les caractères sont plus gros et en gras, si tout a été tapé à l'ordinateur : évitez l'écriture manuelle et l'utilisation de polycopieuses! (l'encre est trop pâle)
    • S'il doit rechercher un mot parmi d'autres, lui fournir des étiquettes amovibles qu'il pourra déplacer (un peu grande pour faciliter la manipulation , éventuellement collée sur un carton, cela pourra servir à d'autres ...) pour comparer avec les mots et trouver les mots identiques;
    • Bien se rappeler qu'il a du mal à se repérer dans la feuille, à la parcourir d'une manière systématique et efficace (placer des repérages en couleur, pour l'aider)
  • Par exemple, en jouant avec «la méthode de la planète des Alphas», l'enfant apprend les sons et leur correspondance en lettre.(écriture imprimerie, script, cursive).
  • Faire également travailler la conscience phonologique :ex : savoir séparer les mots en syllabes (en évitant de taper dans les mains, de compter sur les doigts),pouvoir supprimer une syllabe, percevoir les rimes...
  • En écoutant des comptines et des chansons qui riment ou sont riches en "sons"
  • Avec des lettres en bois découpée.
  • Avec des lettres magnétiques grand format script, majuscule ou cursive(exemple chez Celda, ou des lettres de scrabble).
  • Le jeu des alphas prépare également à la reconnaissance des différentes graphies des lettres.

Évaluations

  • il faut favoriser au maximum les apprentissages et les contrôles oraux pour éviter que le passage à l'écrit sur «fiche» ne le mette en échec.
  • si on lui propose une fiche :
    • Il faut qu'elle soit agrandie(A3).
    • Que le contenu soit aéré.
    • Il faut diminuer le nombre d'informations à parcourir et à rechercher.
    • Il faut des photocopies de qualité.
    • Il faut éviter l'écriture manuelle.
    • Et privilégier les caractères gras et les contrastes: ex : griser l'extérieur du labyrinthe pour qu'il repére mieux le chemin,
    • Il faut l'aider ou le faire aider pour toutes les activités de découpage, et de collage, et bien lui faire justifier ses choix à l'oral.
    • On peut entourer la feuille avec un trait de feutre pour améliorer le repérage.
    • Il voit mieux si la fiche est plutôt placée à la verticale.
    • Il faut éviter les exercices où il faut relier des éléments entre eux par des flèches.
    • S'il doit colorier certains éléments par ex : les triangles en bleu, les carrés en rouge....Ne pas insister sur la façon de colorier, vous voulez juste vérifier si la notion étudiée est comprise.
    • Il peut tremper le doigt dans la peinture liquide pour suivre un chemin de labyrinthe ou pour indiquer les bonnes réponses dans un exercice.
    • Il faut utiliser la couleur pour aider le repérage (colonne en fluo dans les tableaux à double entrée).

Dès la grande section de maternelle, mettre en place pendant les cours des séances d'ergothérapie pour l'apprentissage du clavier (selon des techniques adaptées aux dyspraxiques et selon ses possibilités).

L'enfant peut s'habituer à utiliser l'ordinateur en classe et à la maison à travers des jeux éducatifs : apprendre à manier la souris, il peut arriver par le biais de l'ordinateur à réussir des puzzles, des tangrams. Il risque peut être de mettre plus de temps que les autres enfants pour apprendre à manier la souris; On peut lui proposer dans un premier temps des jeux où on utilise les flèches de direction du clavier.

Ne pas proposer de maintien en maternelle au delà de 6 ans à cause de son retard en graphisme (il ne rattrapera pas son retard graphique) et n'améliorera pas son handicap. Au contraire, si les capacités verbales et raisonnementales le permettent , on peut même prévoir un passage anticipé en CP.