Fin 2014 DMF a été reçu au ministère de l’Éducation nationale

Par l’intermédiaire et accompagnées du Docteur Caroline Huron, membre d’honneur de FDMF, trois membres de la fédération ont été reçus au cabinet de Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l'enseignement  supérieur  et  de  la  recherche,  par  Madame Valérie  Delestre,  chargée  de  mission handicap, Monsieur Arnaud Flanquard,  conseiller santé et sports, ainsi que Monsieur  Keller, représentant du numérique à l’école.

La fédération est intervenue pour faire part de son inquiétude sur le recul de la loi de 2005 en raison de  la  mise  en  place  des dispositifs  (GEVA-Sco,  aménagements  scolaires  ou d’examen, l’orientation, le PAP) sur le terrain, qui semblent perdre de vue l’esprit de la loi.

A la suite de cet entretien, nous avons laissé un dossier traitant des différents points abordés.

 

Concernant le GEVA-Sco, Mme Delestre nous a confirmé:

  • qu’une 2ème version tenant compte des modifications demandées par les associations, était à disposition des ERH dès cette rentrée 2014.
  • que le GEVA-SCO n’était pas à signer par les parents.
  • qu’un nouveau manuel serait édité par la CNSA pour une meilleure compréhension de tousles acteurs concernés,
  • que son utilisation doit être effective dans tous lesdépartements.

Concernant les aménagements ou dispenses, Mme Delestre a rappelé le rôle de la MDPH,mais nous a informée de la sortie prochaine d’un décret précisant la nécessité pour lesfamilles, de faire valider les éventuelles dispenses préconisées par la MDPH auprès durectorat. Les familles devront également signer une décharge les informant qu’une dispensed’enseignement ne donnepas droit forcément à une dispense d’épreuve. Cette décharge les informera de leur responsabilité si leur enfant était refusé dans une filière du fait d’une dispense.

 

Concernant l’orientation, Mme Delestre nous a assuré que les élèves avec reconnaissance de handicap bénéficiaient déjà d’un bonus (points supplémentaires) lors de leur inscription pour les vœux d’orientation dans le système AFFELNET.

 

Enfin, pour le PAP, Mme Delestre a été catégorique. D’aucune façon, ce dispositif ne peut s’appliquer dans le cas d’un élève dyspraxique, ni venir remplacer un PPS existant. Ce dispositif permet de rassembler toutes les appellations PAI TSL ? PAI Dys, etc… sous un même nom de PAP. Il permet aussi l’utilisation, en classe, de l’ordi de l’élève. Il maintient les particularités des PAI comme les aménagements d’examen. Mais il ne permet pas l’affectation d’une AVS, ou d’un ordi fourni par l’éducation nationale. Les moyens financiers seront toujours décidés par la CDAPH et donc, la MDPH et concerneront les PPS.

 

La Fédération a bien rappelé les disparités sur le territoire et la méconnaissance, préjudiciable pour nos enfants, des ERH face à ces dispositifs.

 

En conclusion, le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale a promis « d’impulser » l’information vers sa base, ce que nous lui avons fortement conseillé de faire.

0
0
0
s2sdefault