Au vu de l’augmentation rapide et continue du besoin en "aide humaine" pour les élèves en situation de handicap, l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales), l’IGAENR (Inspection Générale de l'Administration de l'Education Nationale et de la Recherche) et l’IGEN (Inspection Générale de l'Education Nationale) ont été conjointement chargées d’une mission visant à dresser un état des lieux et à formuler des propositions d’amélioration de l’accompagnement de ces élèves, au service de l’inclusion scolaire.

La mission propose notamment un "scénario de cohérence globale" construit sur la base de sept fiches-actions.

Ce rapport inquiète la Fédération Dyspraxique Mais Fantastique car plusieurs éléments sont contraires à la loi de 2005.

La scolarisation en milieu ordinaire des enfants et adolescents en situation de handicap a connu une forte augmentation depuis la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées : 320 000 enfants et adolescents ont ainsi été accueillis dans les écoles, collèges et lycées en 2017 (100 000 en 2006).
Ces progrès en termes d’inclusion scolaire ont été rendus possibles par la mise en place d’un accompagnement spécifique des jeunes concernés : 80 000 accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) sont intervenus auprès de 150 000 élèves en 2017 (soit une multiplication par cinq du nombre d’élèves ainsi accompagnés entre 2006 et 2017).

Pour consulter le rapport, cliquez sur l'image suivante :

rapport Évaluation de laide humaine pour les élèves en situation de handicap

0
0
0
s2smodern