Depuis mai dernier, Mathilde Reungoat travaille comme femme de chambre dans un hôtel de Roscoff. Pour elle qui souffre de dyslexie et surtout de dyspraxie, dégoter un emploi stable était loin d'être gagné d'avance.

mathilde reungoat telegramme

0
0
0
s2smodern